Saison 1 - Épisode 4 avec Milton Friedman
Les fondements de la prospérité (entrevue de 1994)

Milton Friedman (1912-2006) a enseigné l’économie à l’Université de Chicago pendant plus de trente ans et a reçu le Prix Nobel d’économie en 1976. Son livre Capitalism and Freedom propose un argumentaire puissant en faveur de la liberté individuelle. Parmi ses réalisations, il a joué un rôle important dans l’abolition du service militaire obligatoire aux États-Unis.

 

Dans cette reprise d’une entrevue de 1994, Milton Friedman, qui aurait célébré son 100e anniversaire en 2012, décrit les avancées modernes dans les technologies de la communication et des transports comme de véritables révolutions. Pour la première fois, soutient le lauréat du Prix Nobel, une économie véritablement intégrée à l’échelle mondiale est devenue possible.

Et pourtant, les gouvernements persistent à maintenir des barrières au commerce. Selon Friedman, « Nous n’avons pas besoin d’ériger des murs pour empêcher les biens de l’étranger de venir à nous. Nous avons plutôt besoin de réduire ces barrières, de nous ouvrir à l’étranger et de tirer parti de ces opportunités de coopérer avec le reste du monde. » Les tarifs douaniers et les quotas ne font que contrecarrer les efforts de croissance économique.

Un autre problème qui demeure pertinent de nos jours est l’état lamentable des écoles publiques aux États-Unis. Cela ne devrait pas vraiment nous surprendre puisque, comme Milton Friedman le souligne, les gouvernements ne sont en général pas très bons pour produire des biens et services. « La façon de régler nos problèmes d’éducation, selon moi, c’est de privatiser le système; de l’ouvrir à la concurrence; de laisser les parents choisir à quelle école ils veulent envoyer leurs enfants; de faire en sorte qu’il est possible pour des écoles privées à but lucratif de répondre à cette demande. »

Les spectateurs pourront également entendre le célèbre économiste défendre l’héritage du président Ronald Reagan, qui a réussi jusqu’à un certain point à réduire le niveau d’imposition, à déréglementer, à contrôler les dépenses publiques et à faire baisser l’inflation. Malheureusement, les années Bush (père) et Clinton ont vu un recul sur le plan de ces politiques, ce qui est symptomatique de l’attraction qu’ont les politiques interventionnistes sur la classe politique. Le grand défi, déclare Friedman, est de créer des incitations pour les législateurs qui soient plus en phase avec les intérêts du public, plutôt qu’avec les intérêts particuliers des groupes de pression.

En lien avec cette vidéo : Capitalism and Freedom | The Concise Encyclopedia of Economics | Discours de réception du Prix Nobel, "Inflation and Unemployment" | Milton Friedman : un économiste qui a changé le monde (Livret sur la pensée économique et politique du lauréat du prix Nobel publié par l'IEDM)

EMAIL FACEBOOK TWITTER LINKEDIN

Facebook