Aller au contenu principal

FacebookYouTube

Saison 4 - Épisode 3
Défendre le libre-échange

Daniel Ikenson est directeur du Centre Herbert A. Stiefel pour les études de politique commerciale à l'Institut Cato. Il a écrit pour le Wall Street Journal, le Los Angeles Times, USA Today, le Chicago Tribune, le Washington Times, Forbes, et plusieurs autres publications. Il est co-auteur, avec Brink Lindsey, de Antidumping Exposed: The Devilish Details of Unfair Trade Law, publié en 2003.

* * *

Le but de la production, dit Daniel Ikenson dans cette entrevue révélatrice, est la consommation. Le but du commerce est de permettre la spécialisation, qui augmente énormément ce que chacun de nous peut produire, et donc ce que chacun d'entre nous peut consommer. Fondamentalement, cela n'est pas moins vrai lorsque nous faisons du commerce avec des gens ailleurs au monde. « Les exportations sont un moyen de parvenir à une fin, et cette fin est l’importation. La fin c’est la consommation », nous rappelle-t-il. « Et au niveau individuel, je pense que nous comprenons cela ».

Quand nous additionnons toutes les transactions individuelles au niveau national, nous semblons cependant oublier que le but du commerce est d’ajouter de la valeur à notre vie. Au lieu de cela, nous utilisons des métaphores sportives qui masquent les avantages du commerce. Nous considérons les exportations comme des points pour nous et les importations comme des points pour l'autre équipe, et nous imaginons que l'équipe avec le surplus commercial est gagnante. En fait, ce genre de pensée mercantiliste nous rendra plus pauvres, souligne Ikenson.

La mondialisation a déjà été interrompue dans le passé, notamment par la Première Guerre mondiale et la montée du protectionnisme pendant la Grande Dépression. En effet, certains pensent que les 70 années de commerce relativement ouvert dont le monde bénéficie depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale pourraient également prendre fin.

Mais Daniel Ikenson voit deux raisons importantes de demeurer optimiste : les règles commerciales mondiales qui ont réduites les frictions commerciales, et les investissements transfrontaliers et les chaînes d’approvisionnement transnationales. « Je suis plutôt confiant que si une partie de la rhétorique protectionniste mise de l’avant par cette administration et ses fonctionnaires devient réalité, nous verrons un fort mouvement d’opposition », dit-il, « et je pense que cela sera suffisant pour nous épargner d’une descente aux abymes ».

Pour plus d’information
Daniel Ikenson | Antidumping Exposed: The Devilish Details of Unfair Trade Law

Écoutez le podcast headphones20.png

EMAIL FACEBOOK TWITTER LINKEDIN